ok Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous permettre le meilleur service possible. Plus d'informations peuvent être trouvées ici.

L’éternel souhait d’attraper les étoiles : Les plus hauts gratte-ciel de leurs temps

Hamburg, nov. 28, 2013 - Qu’il s’agisse de la Pyramide de Khéops ou de la Tour de Babel : L’humanité a toujours visé haut. Au plus tard, lors du début du 20e siècle et de la construction des premiers gratte-ciel modernes, elle s’est approchée de cet objectif de plusieurs cent mètres. Emporis (www.emporis.fr), fournisseur international de données sur les bâtiments, a maintenant fait la rétrospective à plus de cent ans d’histoire des gratte-ciel et montre quels bâtiments ont déjà porté le titre « plus haut bâtiment du monde ».

Deux inventions pionnières de la deuxième moitié du 19e siècle rendent la construction du premier gratte-ciel du monde possible : l’ossature en acier et l’ascenseur. En 1908, ces éléments sont utilisés pour la première fois en combinaison dans le Singer Building à New York, bâtiment de 187 mètres. Déjà une métropole, le « Big Apple » devient maintenant le centre de l’architecture la plus moderne de gratte-ciel. La fondation renforcée – une technologie qui doit prévenir le renversement des gratte-ciel même sous des influences d’environnement les plus fortes – y a aussi son origine. En 1913, le Woolworth Building à 241 mètres de hauteur est le premier bâtiment à en profiter.

Au plus tard, la construction du Chrysler Building en 1930 fait de New York la capitale de gratte-ciel définitive. Une année plus tard déjà, la tour de 319 mètres de hauteur est cependant reléguée au deuxième rang de la course pour la couronne des gratte-ciel : Le nouveau Empire State Building à 381 mètres dépasse en matière de hauteur et de célébrité tous projets de construction existants et reste, de façon indétrônable, le plus haut bâtiment du monde pendant 41 ans.

Pourtant, l’achèvement des Petronas Towers à Kuala Lumpur en 1998 met fin à l’âge d’or de l’architecture de gratte-ciel états-unienne. À partir de ce date, l’Asie donne de plus en plus le ton et réalise, lors de la construction de nouveaux « supertalls » des hauteurs record insoupçonnées. Le Taipei 101, à la tête de la liste des plus hauts gratte-ciel du monde pendant six ans, est en même temps le premier bâtiment mondial avec une hauteur de plus de 500 mètres. Néanmoins, il est nettement battu en 2010 : Avec une hauteur de 828 mètres, le Burj Khalifa exige le trône des gratte-ciel pour soi et porte ce titre jusqu’à aujourd’hui fermement dans la main.

Dans l’avenir aussi, l’histoire des plus hauts gratte-ciel du monde sera écrite en Asie : Avec la pose de la première pierre du Kingdom Tower à Djeddah en Arabie-Saoudite, un nouveau chapitre a commencé, à la fin duquel même le Burj Khalifa devra déchanter. Ce bâtiment qui devra atteindre une hauteur de plus d’un kilomètre, rapprochera l’humanité encore plus du ciel.